Conseils pour la sodomie en douceur et sans douleur

pratiquer la sodomie en douceur

En sexualité, les pratiques ne cessent d’évoluer et chaque couple trouve toujours un nouveau moyen de pimenter cet instant de plaisir. Parmi les pratiques les plus courantes, la sodomie intéresse plus de couples que vous ne le pensez. Malheureusement, elle est mal considérée et souvent utilisée pour caractériser une sexualité violente et marginale. Cependant, la sodomie concerne aussi bien les hommes que les femmes. C’est une position comme toutes les autres, mais qui souffre d’une mauvaise réputation, en raison de la douleur qu’elle provoque. Une pénétration anale, ça demande de la préparation. Alors, pour éviter la douleur et vivre une expérience plus intense, il faut mettre ces préjugés de côté. De plus, si elle est pratiquée correctement, les douleurs seront moindres. Découvrez donc nos différents conseils pour une sodomie en douceur.

Des préliminaires pour se décontracter

Pas question de vous forcer. Bien évidemment, le sexe anal ne doit pas se faire de façon violente pour ne pas avoir trop mal. Les deux partenaires doivent être attentifs et motivés pour vivre une sodomie en douceur. Il est également important de relaxer la partie concernée. Vous pouvez donc commencer par le doigtage ou l’anulingus pour dilater l’anus de manière progressive. Ainsi, la pénétration sera grandement facilitée. D’ailleurs, il existe quelques positions permettant d’éviter ou d’alléger les douleurs. Par exemple, mettez-vous sur le dos et regardez votre partenaire dans ses yeux. Cela facilite davantage la décontraction. Vous pouvez aussi vous mettre en petites cuillères. C’est une pratique qui mise sur la douceur et favorise une pénétration moins douloureuse et moins profonde.

Sachez pourtant qu’il est normal d’avoir mal pour une première sodomie. Pourtant, les suivantes doivent être moins douloureuses et vous procurer pleinement du plaisir. Si ce n’est pas le cas, c’est que la pénétration ne se fait pas correctement. Votre objectif est de prendre du plaisir et de profiter d’une sodomie en douceur. Aussi, votre amante doit vous aviser quand elle se sent prête pour passer à l’acte.

La lubrification : plus qu’indispensable

On l’a vu, il faut être décontracté pour que la sodomie en douceur se fasse. Mais c’est loin d’être suffisant pour éviter que la sodomie ne se transforme en moment de torture.

À la différence du vagin, l’anus est plus serré. C’est une zone innervée et les douleurs s’y font facilement ressentir, notamment lors d’une pénétration. Donc, pour une sodomie en douceur, ne négligez pas la lubrification étant donné que les sécrétions muqueuses anales sont moins importantes que celles du vagin. Sans lubrification, vous risquez de détruire les parois qui sont très fines. Par ailleurs, il faut éviter les va-et-vient qui durent trop longtemps et n’hésitez surtout pas à rajouter du lubrifiant durant le rapport. Mettez-en beaucoup au niveau et à l’intérieur de l’anus et profitez de ce moment pour le dilater davantage, avec un doigt, puis deux. Outre cela, il est très crucial d’appliquer abondamment du lubrifiant sur le long du pénis.

Vous avez peut-être déjà entendu des couples dire que la salive suffit à lubrifier l’anus et le pénis pendant une sodomie. Ce n’est pourtant pas le cas. Elle a une action fugitive et ne permet pas d’éviter les douleurs. Vous pouvez utiliser un lubrifiant anal ou un lubrifiant à base d’eau ou de silicone pour profiter d’une sodomie en douceur.

Laisser la femme conduire

Pour pratiquer la sodomie en douceur, les femmes réclament beaucoup de stimulations comme les caresses, les baisers et le doigtage. Sachez que l’anus se compose de différents récepteurs érogènes. Alors, après quelques va-et-vient, ils peuvent être désactivés.

Surtout pour une première sodomie, l’homme doit laisser la femme prendre le contrôle sur la profondeur et la cadence du jeu. Elle va vivre une expérience assez particulière donc il lui faut un peu de temps pour s’y adapter. Elle commencera peut-être par vouloir une cadence plus lente et une pénétration moins profonde. Même si c’est un peu frustrant, vous devez laisser à votre partenaire une période d’adaptation largement suffisante. Ainsi, elle prendra peu à peu confiance en elle et découvrira le plaisir petit à petit. De toute façon, il serait bien regrettable de gâcher ce moment en voulant sauter certaines étapes. De plus, madame pourrait changer d’avis.

Concernant la position, la plupart des couples optent pour le quatre pattes. Mais se mettre sur le côté pourrait bien également faire l’affaire pour pratiquer la sodomie en douceur. Vous laissez ainsi la femme prendre le relais pour mieux contrôler la pénétration.

Les techniques et astuces qui marchent pour éviter d’avoir mal pendant une sodomie : l’importante des préliminaires et de la lubrification pour pratiquer une sodomie en douceur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page